• La peinture à l'huile, c'est pas difficile...

     

    Une seule technique pour la peinture à l'huile ?

    Une seule manière  de l'aborder ?

    Un seul bon procédé avec une grille et des codes immuables ? Cela n'a aucun sens.

    Ici rien n'est figé, rien n'est joué, tout est toujours possible.

    Un trésor dort en chacun. La seule règle : tenter de le mettre au jour.

      

     La peinture à l'huile, c'est pas difficile...

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

    On peut se saisir de ce qui se trouve sous la main : un pot de fleurs, une chaise, ou comme ici un bougeoir et quelques accessoires en bois ou un bouddha doré. Objet, matière ou texture, tout est digne d'être peint, et aucun choix n'est réellement arbitraire. Lorsqu'on laisse l'artiste choisir et composer lui-même son futur tableau, c'est sa vie intérieure qui fait le choix.

      

    La peinture à l'huile, c'est pas difficile...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Peindre ce que l'on voit reviendra de toutes façon à peindre ce que l'on est.

    Ici, une petite tasse de porcelaine, les difficultés qu'elle impose, la lumière qu'elle exige, va venir droit toucher le cœur, car le sujet s'efface devant le style qui naît de la sensibilité. L'approche, l'observation, la touche, tout est personnel.

      

      

    La peinture à l'huile, c'est pas difficile...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Bien entendu, nous parlerons de "trucs d'atelier", de médiums, de support, de couches... Mais au fond, il s'agit surtout d'approcher ensemble un univers poétique personnel dont la base (document, objet, photo...) sert uniquement de support.

         

    La peinture à l'huile, c'est pas difficile...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il arrive, comme ici, qu'on démarre mal. (1 - 2). On recouvre la toile ratée par une autre palette, (3) le sujet initial disparaît presque complètement.

    A partir du moment où les bornes ont disparu, il ne reste plus qu'à faire appel à l'imagination, toujours bien plus riche. Même les perspectives peuvent être rectifiées sans modèle, (4) au fond, on en sait bien plus que ce que l'on croit. Il suffit de se faire confiance.

       

    La peinture à l'huile, c'est pas difficile...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On peut commencer avec une photographie (ici celle de Pat Fok*), pour comprendre comment fonctionne le rapport des lumières. Le tableau est souvent plus intéressant que la prise de vue, plus personnel... Il correspond au bout du compte bien davantage à ce que nous sommes.

     

     

    La peinture à l'huile, c'est pas difficile...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Toujours d'après une photographie de Pat Fok*, nous prenons le temps d'étudier au fusain, rapidement, les valeurs, sans nous préoccuper des couleurs (qui seront traitées ensuite, sur la toile). L’œil a déjà compris la lumière et les ombres, et, sans effort, sera capable de les restituer ensuite lorsque le problème de la palette se posera.

     

    La peinture à l'huile, c'est pas difficile...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    1 : le fond est détouré, par peur de perdre le dessin très graphique de l'arbre. Il manque de vigueur et d'unité. 2 : Sans le perdre complètement le dessin, le fond est retravaillé, cette fois dans son unité, avec toutes ses nuances lumineuses. 3 : Pour revenir avec style et caractère aux branches, le tableau (et la photo) sont placés à l'envers. Ainsi, le cerveau relaxé ne fait plus que ce qu'il voit (et non ce qu'il croit voir). 4 : Plusieurs couches de glacis pour la brume atmosphérique qui embrasse les montagnes : elles vont finir par se fondre elles aussi dans l'arrière plan.

     

    La peinture à l'huile, c'est pas difficile...

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une bonne étude des valeurs (sombres et clairs) reste valable lorsqu'on s'essaie à la copie de grandes œuvres. 

      

     

     La peinture à l'huile, c'est pas difficile...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Travailler d'après photo est toujours intéressant, à partir du moment où l'on n'essaie pas de rendre une copie conforme, (sans personnalité).

    Ici, des exercices antérieurs ont amené à comprendre le principe de la touche (qui est toujours personnelle), d'en goûter la liberté et l'expressivité. 

      

     

    La peinture à l'huile, c'est pas difficile...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La personnalité de l'artiste se révèle et se dessine. Et son monde intérieur commence à émerger.

     

     La peinture à l'huile, c'est pas difficile...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Et pour celui pour qui le sujet ne peut être que de l'ordre du rythme intérieur, la symphonie abstraite et gestuelle offre ses partitions.

    Mais ce n'est pas parce que c'est "gestuel" qu'il n'y a pas de travail. Plusieurs travaux préliminaires ont été nécessaires pour que la véritable inspiration apprenne à s'exprimer.

     

     La peinture à l'huile, c'est pas difficile...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Tout un travail autour de la matière et de la texture picturale a pu soutenir et préserver la magie du geste.

      

     La peinture à l'huile, c'est pas difficile...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Et quoi de plus ludique en peinture et de plus fascinant que de fabriquer soi-même ses couleurs et ses matières ?

    Pigments, poudre de marbre, œuf, gommes, colles, vernis, miel, vinaigre, glycérine, huile, eau, caséine, cire, essences... et bien d'autres choses encore viennent alimenter la petite cuisine de la peinture ancienne revisitée. Et ouvrir une foule de perspectives.

     

     * Beauté tranquille de la ChinePat Fok - Du May - 1987.

     

    Ici, nos peintures à l'huile de mai et juin, à mesure qu'elles arrivent (beaucoup sont encore en cours)...

     

    Aller plus loin ensemble :


  • Commentaires

    1
    malou
    Mardi 9 Juin 2015 à 06:56

    Cette présentation et ce texte sont d'une poésie rare...des mots sur un sentiment intérieur si difficile à exprimer...merci


     


     

    2
    claudy
    Samedi 15 Août 2015 à 12:19

    tout ceci est tellement vrai ....


    un seul désir ..revenir ! vite !!!!


    bravo pour tout

    3
    Samedi 15 Août 2015 à 13:16

    Chère Claudy

    Ta présence si singulière est trop riche pour que nous ayons envie de nous passer de toi ! Que sera l'atelier sans tes yeux bleus et les lunettes qui vont avec, dessinées exprès par toi ? Non franchement, cela ne se peut ! he

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :