• Mise en plis

    Essayer le drapé, au pinceau, au crayon, au fusain... L'exercice semble difficile et reste passionnant.

    Le drapé est un élément de décor incontournable en art, il est de toutes les représentations : religieuses, mythiques ou simplement humaines, présent partout même en toile de fond, parce qu'il dévoile autant qu'il voile, il a pour rôle de cacher et dévoiler les mystères, de feutrer les atmosphères...

    Chaque époque, chaque artiste, le traite à sa façon. Du simple rideau voilant la mer à la robe impériale, sa présence cache les desseins de l’artiste, et répond chaque fois à des codes précis.

     

     

    Représentation de Néfertiti dans la peinture égyptienne.

    Rien de naïf dans la peinture ancienne, les plissés sont soigneusement conduits, qu'on les veuille occultant ou, au contraire, suggestifs.

     

     Détail de la robe de la Vierge

    La Vierge et l'enfant en majesté entourés de six anges. Cimabue. 1280. (Détail drapé).

     

    L'art du pli religieux est chargé de véhiculer ses propres symboles. Ainsi la Vierge est-elle intimement reliée à l'enfant par le jeu austère des plis savamment mêlés.

    Etude de drapé. Léonard de Vinci.

     Portrait d'Armand Jean du Plessis, cardinal-duc de Richelieu et de Fronsac, peint vers 1637 par Philippe de Champaigne, actuellement à la National Gallery de Londres

    Cardinal de Richelieu. Philippe De Champagne.1639.

    Et quand le religieux est également politique, la robe (tout un symbole !) se pare de grandiose majesté. Le tableau de Philippe de Champaigne est un chef-d'oeuvre du drapé : double décor, double robe cardinale, (pouvoir) dentelles (pureté, transparence) sans oublier l'effet de manche... Une magistrale conjugaison de soieries bouillonnantes et pourtant tout en maintien et rigueur. La classe !

     

    Une peinture de William Waterhouse. (1849 - 1917).

    Il reste que pour les artistes, le drapé est surtout l'attribut majeur de la figure féminine.

     

    A l'atelier, pour s'entraîner, un beau rideau de velours fera l'affaire.

    Mise en plis

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pour parvenir à capturer ces plis, le mieux, dans un premier temps, est de faire abstraction du sujet lui-même pour ne retenir que le système des valeurs : Repérer trois valeurs principales d'une seule couleur de base (ici un rose foncé) en faisant alterner les valeurs les plus sombres avec les plus claires. 

    Mise en plis

     



     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ensuite, lorsqu'on a bien poursuivi les bandes de valeurs, il suffit de les estomper aux endroits où les plis sont moins francs et le tour est joué !

    Bon, mais si vraiment c'est trop difficile, souvenons-nous que, parmi les plus grands, artistes, il en existe qui ont su parfaitement détourner la difficulté...

    Et puis on fait comme on veut !

     Intérieur Nice. Matisse. 1919.

     

    Voyons comment nous nous en sommes sortis...

    Cette semaine à l'atelier des drapés.


  • Commentaires

    1
    Jeudi 27 Février 2014 à 14:16

    Explications très claires, baignées dans le génie de Leonardo... Beau défi et beaux résultats à l'atelier ! :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :