• Sur les traces de Dubuffet

    « Nous nous refusons à porter révérence au seul art culturel". Dubuffet.

     

    Le fond sous la forme ou l'empreinte de Dubuffet (1901-1985.)

    1946 : Dubuffet crée le scandale par qui l'art se révèle au public. Il présente ses peintures faites de matière triturée et de morceaux assemblés. Ses peintures à l'huile, surfaces grattées ou incisées sont couvertes de sable et de gravier, de ficelle et de verre.

     

    Le Géologue.1950. Série des Sols et terrains.

     

    Dubuffet, autodidacte, gribouilleur en révolte contre le monde de l'art, passionné pour l'art des malades mentaux et des non professionnels donne en 1945 à son travail et à ses collections le nom d'« art brut ».

    Son accueil est très controversé.

     

    Lever de lune aux fantômes. 1951. Huile sur isorel.

     

    « Hautes Pâtes » sont sombres, boueuses, épaisses. « Il est vrai que les couleurs qui sont dans ces tableaux ne sont pas des couleurs vives et heurtées comme c'est actuellement la mode, mais qu'elles se tiennent dans des registres monochromes et des gammes de tons composites et pour ainsi dire, innommables. » Dubuffet.

     

    Jean DUBUFFET (1901-1985) Paysage pétrifié, janvier 1952, New York Huile sur

    Paysage pétrifié. 1952. Huile sur toile contrecollée sur panneau d'isorel.

     

    Jean Dubuffet - Paysage à l'auto - Série des pâtes battues - (...)

    Paysage à l'auto. 1953. Série des pâtes battues.

     

    Dans les années 50, Dubuffet réalise ses tableaux à partir d'assemblage d'objets ou d'éléments de la nature. (Assemblages d'empreintes, 1953-1954).

     

    Image1

    Afficher l'image d'origine

    Texturologie XXVIII.

    Série des Texturologies (1957-1959) : gouttelettes de peinture et de sable projetées sur la toile étendue à terre.

     

    Ajoutons que Dubuffet est aussi un sculpteur de génie. Voici une façon unique d'entrer dans l'oeuvre. Effet saisissant !

     

     

    A l'atelier, nous avons expérimenté le "fond matière" en utilisant poudres et enduits travaillés qui ont contribué à créer des fonds originaux, texturés et créatifs. En voici quelques traces :

     

    P1470902

     

    P1470474

     

    Effets de craquelures (quelquefois sans l'avoir cherché !) et mise en peinture : des étapes délicates qui vont décider du rendu final, lorsque les couches auront fini de se superposer.

     

    P1470926

     

    Comme Dubuffet nous l'explique, nous avons ensuite procédé à un rendu des reliefs : « Le pinceau ainsi frotté légèrement n'accroche que les reliefs, tout en laissant un peu fuser les couleurs de la peinture antérieure. (...) Ce n'est pas une seule fois que j'avais à promener mon large pinceau sur le tableau. » Dubuffet.

     

    P1470352

    Jusqu'au bout l'oeuvre et poncée, frottée, grattée, repeinte ou cirée. Jusqu'à effet désiré.

     

    Pour découvrir toutes nos œuvres sur fonds texturés : Ici.

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 9 Janvier 2016 à 17:00

    Magnifique travail, libre, inventif, créatif, sans "censure" mentale... J'aime beaucoup, en particulier le paysage pétrifié et le visage/vague formé par les morceaux d'écorce... Merci pour cet article, l'art brut me touche toujours beaucoup.

    Les œuvres réalisées à l'atelier sont aussi très touchantes. La variété des monotypes, par exemple, est remarquable, avec une technique qui pourrait sembler limitée au premier abord et permet pourtant une grande diversité d'expression. Bravo pour les tableaux en relief qui sont vraiment réussis. :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :